Quelques unes des écuries disparues en ville

Dans les années 60, de nombreuses écuries, grandes et plus petites existaient encore en ville à Maisons-Laffitte et au Mesnil-le-Roi

Les lads menaient leur chevaux en forêt de Saint Germain entrant par la Porte Blanche, rue du Tir, 

ou encore,comme ici par l'entrée sur la route de Poissy (aujourd'hui face Leader Price)

Les pistes  étaient entretenues  comme celles du centre d'entraînement du parc

Au Mesnil des chevaux entraient par la porte de la forêt près de l'église

photo IGN 1947
photo IGN 1947

1: 99 avenue Marceau, Le Mesnil-le-Roi

2: 132 avenue du Général de Gaulle

Geoffroy, entraîneur

3: 99 avenue du Général de Gaulle

fut repris par un marchand de bois avant d'être remplacé par des immeubles

Photo IGN 1947
Photo IGN 1947

1: Rue Pierre Loti

Lawrence, entraîneur

2: 59 rue des Loges

3: 44 rue de la République

4: 56 avenue de Saint Germain

André Adèle, entraîneur

5: Avenue de Saint Germain

Lawrence avait monté un ring dans son écurie pour endurcir ses jockeys en organisant des combats de boxe entre eux

C'est contre un de ses jockeys, Salmon, que Georges Carpentier gagna son premier combat au Café de Paris

Photo IGN 1947
Photo IGN 1947

1: 106 rue Jean Mermoz

2: 29 rue de la Muette

image Cécile Cavalier, Ecurie d'André Adèle avenue de Saint Germain
image Cécile Cavalier, Ecurie d'André Adèle avenue de Saint Germain

Les claquements des sabots dans les rues de Loges, la rue du Gros Murger, la rue Saint Nicolas et les éclats de voix des lads animaient les petits matins

image Cécie Cavalier, Ecurie André Adèle avenue de Saint Germain
image Cécie Cavalier, Ecurie André Adèle avenue de Saint Germain

Bien d'autres écuries ont disparu notamment avenue Saint Germain, 

emportées par la pression immobilière et l'intensification de la circulation automobile

Écrire commentaire

Commentaires: 0