La dure vie des apprentis-jockeys dans les années 70

Image Jean-Lou Delépine
Image Jean-Lou Delépine

Lever 5 h 30 en été, 6 h 30 en hiver

Image de "Popoff" animateur de 1967 à 1976 au Foyer des Apprentis Jockey de Maisons-Laffitte
Image de "Popoff" animateur de 1967 à 1976 au Foyer des Apprentis Jockey de Maisons-Laffitte

Soigner, brosser, éponger les chevaux, curer leurs sabots, nettoyer les boxes, mettre le foin et l'avoine ...

Image "Popoff"
Image "Popoff"

Par n'importe quel temps, le matin jusqu'à 12 h 30:

Sortir 1 h 30 trois ou quatre chevaux

Image "Popoff"
Image "Popoff"

Après-midi, école

Image "Popoff"
Image "Popoff"

De 17 h à 18 h 30, soigner et nourrir les chevaux

Image Jean-Lou Delépine
Image Jean-Lou Delépine

Leur travail est indispensable pour qu'un cheval gagne

Image Jean-Lou delépine
Image Jean-Lou delépine

Le tout pour 50 francs par mois, nourri et logé ...

Ici, Jean Lou Délépine, 14 ans, avec OnTop

Image Jean-Lou Delépine
Image Jean-Lou Delépine

Quelques uns deviendront jockey, comme Christian De Meda de l'écurie Jean Doumen

Image Jean Lou Delépine
Image Jean Lou Delépine

Yves Valla Dury, jockey de l'écurie Jean Doumen

Image "Popoff"
Image "Popoff"

Sur le champ de course

Remarquez en arrière-plan, l'hippodrome a encore son ancienne tribune de style anglo-normand

Image "Popoff"
Image "Popoff"

Article réalisé à partir des souvenirs de Jean-Lou Delépine, 

recueillis par "Popoff" animateur au foyer des Apprentis Jockeys de 1967 à 1976

Écrire commentaire

Commentaires: 0