Jimmy Winkfield, jockey exceptionnel, fils d'esclave affranchi du Kentucky

Né en 1882 dans le comté de Fayette, 17ème enfant de Victoria et de George, affranchi pour avoir servi dans l'armée de l'Union (abolitioniste) durant la Guerre de Sécession

Double vainqueur du Kentucky Derby en 1901 et 1902

Avec son fils en Russie

Il quitte l'Amérique pour la Russie des Tsars, embauché par un magnat du pétrole arménien, 

vainqueur à Varsovie, Moscou, Saint Pétersbourg

Il fuit la révolution russe de 1917 avec plus de 250 purs sangs. Parti d' Odessa, passant par la Roumanie, organisant en route des courses pour récolter des fonds pour poursuivre son périple, se nourrissant des chevaux incapables de suivre, après plus de 1000 km parcouru, il arriva à Varsovie 3 mois plus tard. 

Aujourd'hui, de grands étalons sont les descendants des rescapés de cette épopée.

Il poursuit sa carrière en Pologne

En 1922, il épouse une baronne  Lydia de Minckwitz

Son beau père offre aux jeunes mariés une maison et des écuries à Maisons-Laffitte

James Winkfield vainqueur du Prix du Président de la République à Saint Cloud en 1923

James Winkfield vainqueur du Prix du Président de la République à Saint Cloud sur Bahadur en 1923
James Winkfield vainqueur du Prix du Président de la République à Saint Cloud sur Bahadur en 1923

Il côtoya les têtes couronnées d'Europe, Hemingway, Joséphine Baker et bien d'autres

Cesse de courir en 1930 pour devenir entraîneur et propriétaire.

Les troupes d'occupation, en 1941, réquisitionnèrent sa maison, ses écuries du parc et ses chevaux

Il fuit aux Etats Unis et se retrouva palefrenier

De retour à Maisons-Laffitte en 1953 

Entraîneur, avec son fils Robert, jusqu'en 1970 avec de belles réussites.

Invité par le "Sport Illustrated" au Brown Hotel à Louisville pour honorer ce double vainqueur du Kentucky Derby en 1901 et 1902, le portier refusa l'entrée à ce noir. Finalement admis il fut ignoré par les convives.

Sauf par Roscoe Goose, jockey blanc, vainqueur du Derby en 1913, qui s'assit à sa table

Après 2500 victoires, en 1974, le "Black Maestro" s'éteint à Maisons-Laffitte à 92 ans, où il repose

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Blot Josiane (samedi, 07 novembre 2020 10:57)

    J ai connu Robert et son épouse Jeanine, fille de l acteur Rene Lefèvre, (formée par mon père pour participer aux courses de chevaux femilines)

  • #2

    Sandrine Azzopardi (samedi, 07 novembre 2020 13:37)

    J'étais au collège Jean Cocteau avec sa petite fille Betsy